Uncategorized

Près de 75 000 signatures pour les trains de nuit

La pétition lancée par le collectif “Oui au train de nuit !” a atteint près de 75 000 signatures en ce début de semaine. Des manifestations avaient par ailleurs eu lieu à Strasbourg pour rétablir les intercités de nuit au départ de la capitale européenne.


Dernier intercité Strasbourg-Nice en 2016

Depuis 2016, les intercités de nuit ont été supprimés par la SNCF. Aujourd’hui le collectif national d’usagers de la SNCF “Oui au train de nuit”, également soutenu par quelques cheminots demandent le retour de ces lignes nocturnes.
Au départ de Strasbourg, en 2008, les trains de nuit permettaient notamment de descendre dans le sud de la France, Strasbourg – Perpignan (Port-Bou) et Strasbourg-Nice, mais aussi de rejoindre des villes comme Dijon et Lyon.
Des intercités qui partaient aussi d’autres villes du Grand-Est, dont Reims et Metz pour arriver dans les villes de Dijon, Lyon, Marseille, ou encore Nice.

Plus économique, et plus écologique

Pour rétablir les intercités, le collectif rappelle l’aspect écologique des trains de nuit :  “le train de nuit est une alternative moins énergivore aux transports aériens et routiers. Il est compatible avec la Transition Écologique.”

En 2015, un rapport remis au secrétaire d’État aux Transports, indiquait une baisse de 25% depuis 2011 de la fréquentation des trains de nuit. Une activité de la SNCF qui perdait chaque année environ 340 millions d’euros.

Le collectif dénonce le bilan caricatural qui a été fait par la SNCF entraînant l’arrêt de ce service, et réclame ainsi qu’un nouveau bilan soit publié, en citant notamment l’exemple de l’Autriche qui a remis les lignes de trains de nuit en place : “L’Autriche relance les trains de nuit en Europe centrale et elle a montré qu’ils peuvent s’autofinancer. Le « déficit supposé » des trains de nuit en France tient aussi aux nombreux dysfonctionnements (absence de promotion commerciale, sortie à la réservation souvent tardive, fréquentes annulations, etc).

Interpellé par le collectif, le vice-président en charge des Transports de la Région Grand Est, David Valence, n’a pas pour ambition de remettre en place ce service : « Nous avons des discussions techniques avec des opérateurs qui nous disent qu’il y aurait un modèle rentable pour eux. Nous n’y sommes pas opposés, car cela favorise le territoire. Mais il ne faut pas que nous dispersions nos moyens. L’argent que nous mettrons là-dedans, nous ne le mettrons pas dans des lignes comme Strasbourg-Bâle ou Luxembourg-Metz qui sont les plus fréquentées ».

                                                                                                  Lisa MORIAT

Lien pétition : https://www.change.org/p/ouiautraindenuit

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.